traversée des Combins

traversée des Combins

Traversée des Combins, trois 4000m en plein ciel!

Cette semaine, avec Cat, dans le cadre de sa traversée des Alpes pour médecin sans frontières, nous avons traversé le Grand Combin. Ce sommet massif est isolé entre les 4000m de Zermatt et le Massif du Mont-Blanc, ce qui en fait un magnifique belvédère. La traversée des Combins est une grande course de difficultés modérées  mais d’une ampleur déjà conséquente permettant d’enchaîner 3 sommets de 4000m parmi les 82 que comptent les Alpes.

Nous sommes donc partis de Cordonna au-dessus de Bourg-Saint-Pierre aux abords du col du Grand Saint Bernard. L’accès au refuge est bucolique, au milieu des alpages entre sabots de Vénus et Arnica. Le temps couvert et la brise nous protègent d’une chaleur qui serait sans doute pénible en ce mois de juillet. En trois petites heures nous rejoignons le refuge de Valsorey, un refuge encore à l’ancienne, pas trop grand, l’intérieur garni de boiseries et un accueil chaleureux…

Arête du Meitin

Le réveil sonne à 2h50 et une demi-heure plus tard nous sommes en marche. La première partie de la traversée des Combins consiste à gravir l’arête Meitin. Cette arête permet d’accéder au Combin de Valsorey à 4184m. Après avoir traversé le glacier du Meitin on remonte une côte rocheuse par une sente facile jusque vers 3680m où l’on rejoint l’arête à proprement parler. Un cheminement sinueux avec quelques ressauts nous mène au pied du premier ressaut. Ce passage un peu tordu et commençant par un pas un peu athlétique réveille un peu, après coup on lui accordera le titre de crux de la voie… Ensuite l’itinéraire louvoie au mieux entre les ressauts, des spits marquent ça et là l’itinéraire et permettent de s’assurer rapidement dans les ressauts plus raides. Le rocher est sec malgré quelques névés, on avance rapidement. Quel chantier ce doit être avec de la neige et de la glace dans ce terrain! Nous sommes trois cordées à traverser ce jour là, à cinq minutes l’une de l’autre avançant au même rythme nous ne nous gênerons pas de la journée, les autres cordées ayant prévu l’aller-retour sont bien derrière. L’itinéraire est logique comme bien souvent dans les classiques et il vaut mieux être équipé d’un bon sens de l’itinéraire que d’un topo! Finalement nous débouchons au soleil au Combin de Valsorey après 4 heures d’ascension, on se dit que c’est plutôt court finalement.

Traversée des Combins

 

Au sommet du Combin de Valsorey on remet les crampons et on file vers le Combin de Grafeneire et ses 4314m, c’est le point culminant du Grand Combin. En une demi heure le sommet est atteint, après une courte pause pour profiter du panorama nous poursuivons la traversée des Combins ne sachant pas encore ce que nous réserve la descente, qui ne semble pas si commode.  Rapidement nous passons l’esthétique aiguille du Croissant, descendons le Mur de la Côte avant de rejoindre le Combin de la Tsessette à 4135m. Les conditions de neige étant excellentes, il ne nous aura même pas fallu une heure et demie pour traverser les trois sommets du Grand Combin. Le terrain sur cette partie est d’ailleurs peu difficile, c’est la décontraction de la course…

Descente depuis le Combin de la Tsessette

Après le Combin de la Tsessette le terrain redevient rocheux, si on peut dire… En effet la suite de la course se déroule sur sur un matériau minéral à la croisée entre de la terre et un rocher particulièrement friable, autant dire que si les difficultées techniques sont réduites le niveaux de concentration ne l’est pas! L’arête permettant d’accéder à la ligne de rappels est exposée et délicate à assurer, nous prenons notre temps. Les rappels rééquipés l’an passé sont confortables, il faut bien faire attention à ne pas faire partir de cailloux, mais à l’exception d’un relais un peu plus difficile à trouver tout s’enchaîne bien. Arrivés au pied de ces 8 rappels, nous reprenons notre chemin sur l’arête déjà plus confortable malgré une qualité du rocher qui ne s’est pas améliorée. Quelques névés nous demandent de remettre les crampons sur l’arête. Puis c’est la remontée sur la Tour de Boussine sur un terrain glaciaire avenant, avec les deux autres cordées nous nous réunissons au sommet de cette dernière. Nous nous mettons d’accord pour descendre groupés à partir de là afin de ne pas s’envoyer des cailloux, et en profitons pour échanger quelque tranches de saucissons et carrés de chocolat. L’arête est de la Tour de Boussine encore enneigée qui suit est parcourue rapidement. La suite pour rejoindre le glacier en versant sud demande un peu plus de lecture, nous sommes bien contents d’avoir de la visibilité pour discerner le passage de vires en vires entre les barres rocheuses. Finalement il est 13h30 quand nous mettons les pieds sur le glacier, il nous aura fallu 10h30 depuis le refuge… La course n’est cependant pas tout à fait finie puisque il nous faut rejoindre Mauvoisin 1300m plus bas et une bonne de dizaine de kilomètres plus loin. Ce n’est que 3h30 plus tard que nous pourrons retirer nos chaussures,  fatigués, mais heureux d’avoir parcouru une partie de l’Alpe que nous n’avions pas encore visitée!

 

Infos utiles pour la Traversée des Combins

La traversée des Combins relie la vallée de Bourg-Saint-Pierre à celle de Mauvoisin, vous pouvez anticiper avec deux voitures (ce que nous avons fait), mais sinon le bon compromis pourrait être de  laisser la voiture à Sembrancher (un parking toléré en face du parking de la COOP à l’entrée aval de Sembrancher) et de là rejoindre Bourg-Saint-Pierre (cela rajoute tout de même à l’approche qui part de Cordonna normalement). A la descente un bus postal puis le train permettent de revenir à la voiture (un bar-hôtel proche de la station de bus permet de patienter dans des conditions tout à fait raisonnables).

Horaire CFF

Cette traversée est à effectuer quand le rocher est sec, particulièrement pour la descente!

Materiel : 5 dégaines, 3-4 friends (0.4 à 1), 50m de corde (les rappels font 25m) plus le matos d’alpi classique bien entendu…

Cabane de Valsorey il ont également un profil facebook où ils mettent des infos de temps en temps.

Météo Suisse