Mont Blanc à ski

Mont Blanc à ski
dans la face nord du mont blanc, ski exceptionnel!

Mont Blanc à ski, quelques virages entre ciel et terre…

Réaliser l’ascension et surtout la descente du Mont Blanc à ski  laisse pour tout skieur des souvenirs inoubliables. Cependant cette course de ski-alpinisme n’est pas à prendre à la légère.

Toute ascension du Mont-Blanc nécessite une acclimatation préalable. Aussi avant de tenter celle-ci nous sommes allés au refuge Victor Emmanuel avec pour objectif le Grand Paradis dont ses 4061m d’altitude font une bonne mise en jambes. Malheureusement une grosse dépression posant 40cm de neige fraîche nous à empêché de mener l’ascension à bien, et c’est sur le col de Moncorvé que nous nous sommes rabattus pour des raisons évidentes de sécurité. La nuit à 2700m nous a cependant été bénéficiable…

Passage de la jonction en ski de rando - mont blanc à ski
Traversée du glacier des Bossons, le refuge des Grands Mulets se situe sur l’îlot rocheux au centre

Pour aller au Mont-Blanc la météo s’annonce par contre plutôt clémente et le risque d’avalanche semble raisonnable 3 jours plus tard. Du coup, après une journée de repos, nous prenons le départ du plan de l’aiguille.  Nous prenons la première benne et attaquons la montée en ski de randonnée pour rejoindre le refuge des Grands Mulets. Au bout d’une heure nous atteignons le glacier des Bossons et nous encordons assez long. Il faut dire que le passage de la « jonction » qui suit est truffé de crevasses, aussi nous allons devoir franchir de nombreux ponts de neige. Il nous faut encore deux heures et demie pour atteindre les Grands Mulets.

Le refuge des Grands Mulets - mont blanc à ski
Arrivée au refuge des Grands Mulets

Nous avons choisi d’arriver tôt au refuge afin de ne pas trop souffrir de la chaleur dans la montée et d’avoir du temps pour se reposer. Il faut dire, que le lendemain la journée qui nous attend est éprouvante, nous aurons 1800m de dénivelé à parcourir pour atteindre le Mont-Blanc, dont une bonne part en portant les skis sur le sac, et le tout en altitude…

Deux heures du matin le réveil sonne. On a beau être matinal… Une fois le petit déjeuner avalé, on se met en route skis aux pieds pour rejoindre la base de l’ arête nord du Dôme du Goûter. La pente raidit progressivement et nous mettons d’abord les couteaux, puis nous décidons de chausser les crampons et de mettre les skis sur le sac peut avant de franchir la rimaye.

L'arête nord du Dôme du Goûter - mont blanc à ski
Sur l’ arête nord du Dôme du Gouter

L’ arête est en partie en glace aussi nous nous déportons sur son flanc droit pour rester dans la neige et ainsi éviter de brocher. En se rapprochant du Dôme du Goûter la pente se couche et nos pouvons reprendre l’ascension en ski jusqu’au refuge Vallot à 4365m. Nous finirons le chemin qu’il nous reste à faire les skis sur le dos. L’altitude se fait sentir et notre rythme baisse en conséquence. Finalement, c’est vers 11h que nous atteignons le sommet, les conditions sont idéales. Pas un souffle au sommet et la face a l’air d’être toute en poudre. Deux cordées on déjà skié la face, mais il nous reste de la place.

Après une petite pause et une petite collation nous attaquons la descente à ski. Avec l’altitude, les cuisses chauffent vite et nous faisons des pauses régulièrement. La neige est parfaite dans la face nord, nous avons une chance inouïe…

Poudreuse au Mont-Blanc
Conditions de rêve pour cette descente à ski du Mont Blanc

Avant de nous échapper de la face nord, il nous faut passer sous les séracs dominant le Grand plateau. Nous passons un par un en essayant d’être efficace et « safe », il ne s’agirait pas de déchausser à cet endroit où nous devons passer le moins de temps possible…

La suite est plus facile, si ce n’est la traversée du petit plateau qui as été ravagée par une chute de sérac récente. Plutôt que de filer et de courir après la benne du plan de l’aiguille, nous optons pour repasser une nuit au refuge et ainsi redescendre tranquillement le lendemain, après tout pourquoi se stresser après une si belle journée…

Conseils pour l’ascension du Mont Blanc à ski :

  •  la période idéale est généralement de mi avril à fin mai. Cela peut varier en fonction des années.
  •  privilégier l’ascension par l’ arête nord du Dôme du Goûter moins exposée aux chutes de séracs.
  • Même à ski l’ascension du Mont Blanc reste une course d’alpinisme en haute montagne.
  •  La descente en ski depuis le sommet est la cerise sur le gâteau, dans la face nord on skie au dessus d’un très gros sérac, si la neige est dure la chute peut être fatale, assurez vous que vos compétences sont en adéquation avec les conditions de la face avant de vous y engager…

Vous êtes tentés par l’aventure? N’hésitez pas à nous contacter…