Mont Blanc par Gonella

Mont Blanc par Gonella
Le glacier du Dôme

La voie normale Italienne du Mont Blanc est un superbe itinéraire long et sauvage qui permet de s’échapper un peu de la foule du Goûter.

C’est par ce versant que nous avons décidé de gravir le Mont Blanc le week end dernier avec Guillaume et Anatole. Ils voulaient un itinéraire différent, je leur ai donc proposé la voie par le refuge Gonella ou « voie du Pape » que j’aime parcourir en début de saison avec des clients qui marchent bien. La difficulté technique n’est pas tellement plus dure que par la voie normale française mais le fait de partir de la vallée à pied fait tout son charme. Ce qui impose aussi une longue montée en refuge, un gros dénivelé le deuxième jour jusqu’au sommet et en fait une voie plus dure physiquement comparée au versant français . Selon moi la meilleure solution est de descendre par le Goûter et ainsi faire une traversée et éviter le Glacier du Dôme en plein après midi. L’idéal pour en profiter étant d’avoir trois jours à disposition et de dormir à la descente au refuge du Goûter pour profiter pleinement de l’ascension sans stress! C’est comme cela que nous avons fait avec Guillaume et Anatole.

La moraine du glacier de Miage et ses bouquetins
La moraine du glacier de Miage et ses bouquetins

Le départ se fait depuis la route du Val Veni pour gagner rapidement la moraine du glacier de Miage. On se retrouve donc assez vite dans un univers montagne en remontant cet immense glacier long et plat! Mais ce n’est pas désagréable car la rive droite est tout en névés en ce début de saison et ce versant du Mont blanc, sans doute le plus sauvage, est magnifique, de l’arête du brouillard aux aiguilles de Tré la Tête en passant par la Tournette.  C’est donc la tête en l’air à admirer la vue que nous marchons! La dernière partie sous le refuge nécessite plus de concentration avec des névés à traverser et des éperons raides équipés de cordes fixes. Nous arrivons au refuge  après environ 5h30 de marche pour une sieste méritée.

Le nouveau refuge Gonella
Le nouveau refuge Gonella

 

Lever de soleil sur le Val D'Aoste
Lever de soleil sur le Val D’Aoste

Le lendemain la plupart des cordées démarrent à minuit et demie du refuge (!) car la journée s’annonce longue pour eux s’ils redescendent dans la vallée le soir même. L’un des avantages de redormir au Goûter est de partir plus tard vers le lever du jour. Nous attaquons donc à 4h, le jour se levant tôt en juin. Une traversée raide nous amène rapidement sur le glacier du Dôme. L’enneigement est bon cet année mais ce glacier reste très crevassé, l’encordement long est donc indispensable et nous passons sur des ponts de neige impressionnants mais solides grâce au bon regel de la nuit. L’itinéraire se redresse ensuite avec l’arête du Piton des Italiens. C’est là que nous rejoignons les cordées qui viennent de la traversée de la Bionnassay sur cette magnifique arête menant au dôme du Goûter. La météo s’annonce changeante ce jour là, le beau temps du matin commence à s’effacer pour laisser place à un lenticulaire sur le mont Blanc et un coup de vent nous surprend. Nous forçons l’allure pour rejoindre la trace au Dôme du Goûter et prendre une décision. Le vent s’arrête, la météo annonce de belles éclaircies dans la journée, nous continuons donc sur l’arête des bosses entre soleil et nuages dans une ambiance un peu irréelle.

Ambiance sur l'arête des Bosses
Ambiance sur l’arête des Bosses

C’est vers 11h que nous atteignons le sommet du Mont Blanc après 7h de marche, Il n’y a pas grand monde au sommet, l’ambiance étant nuageuse mais nous croisons pas mal de gens qui montent ce jour car un vent violent est prévu le lendemain.

C’est fatigué et paisibles que nous redescendons vers le refuge du Goûter où nous faisons un bon casse croûte et une grosse sieste pour nous remettre.

 

L'aiguille du Gouter au petit matin
L’aiguille du Gouter au petit matin

Après une bonne nuit et un petit déjeuner à 7h, la descente du refuge est toujours plus agréable dans la fraicheur du matin. Nous descendons donc tranquillement jusqu’au Mont Lachat rejoindre le TMB, le Nid d’Aigle étant fermé pour travaux, avec la tête pleine de souvenirs!