Lenzspitze-Nadelhorn, sur le fil de deux 4000m

Lenzspitze-Nadelhorn, sur le fil de deux 4000m
Magie sur le Lenzspitze

Septembre 2018, les couleurs et la quiétude de l’automne appellent à visiter des nouveaux sommets. C’est l’occasion pour Célia d’utiliser son « cadeau de noël », une course d’alpinisme sur une jolie montagne!

Nous voilà donc parties en Suisse, dans la station huppée de Saas-Fee ; objectif : la traversée d’arête Lenzspitze (4294m)-Nadelhorn (4327m), deux 4000m très esthétiques et pas trop difficiles.

Nous traversons un bain de foule inattendu! En effet nous tombons en plein cœur de la fête de village locale, les rues sont remplies de Valaisans en costume traditionnels, des cochons cuisent à la broche à chaque coin de rues, nous croisons deux accordéonistes en pleine animation et des grandes tables sont dressées pour nourrir tout ce beau monde!  Nous parvenons tout de même à nous faufiler jusqu’au remontées d’Hannig, et nous retrouvons rapidement transportées au calme 500m plus haut.

Nous partons pour 2h15 de montée en direction de la cabane des Mischabel. Randonnée d’abord champêtre au milieu de chèvres bien sympathiques, puis plus alpine et minérale. L’accès à la Mischabelhutte est plutôt aérien mais très bien aménagé (câbles, barreaux, échelle…). Il nécessite tout même un pied montagnard pour apprécier le cadre et la vue sur les sommets alentours.

 

 

Arrivées à la cabane, nous sommes bien accueillies par l’équipe en place, et découvrons tous les petits trésors de cette cabane chaleureuse!

 

10 septembre, 5h, nous partons du refuge à la frontale en direction du Schwarzorn, petit sommet à l’aplomb de la Mischabelhutte. Puis une arrête peu raide en neige nous permet de somnoler tout en marchant. 1h plus tard nous mettons les crampons pour commencer à grimper l’arrête NE du Lenzspitze. L’escalade est facile, et nous avançons plutôt bien sur cette première partie nocturne.

 

 

Alternant passages en neige, grimpe sur rocher et escalade mixte, notre perception du temps est mis en stand-by, et le jour nous surprend dans le premier ressaut rocheux un peu plus raide! Le soleil arrive rapidement et apporte immédiatement cette impression de chaleur typique des levers de soleil en montagne.

 

 

L’ascension se poursuit dans une ambiance aérienne, propre aux hauts sommets alpins! Jamais difficile, globalement sur du bon rocher, nous évoluons surplombant la vallée de Saas-Fee, au dessus des nuages. La barre des 4000m est vite passée, et le jeu de l’escalade nous fait oublier l’altitude. Le soleil chauffe le rocher, il n’y-a pas de vent, nous grimpons  en polaire et à mains nues.

 

Magie d'altitude
Magie d’altitude

 

Vient l’escalade du fameux Grand Gendarme, passage clé de l’ascension, car très aérien et très photogénique! Pas très difficile, il demande néanmoins un peu de concentration pour le grimper, et encore un peu plus pour en redescendre, même si l’aide d’un petit rappel en facilite la désescalade.

 

 

Puis changement d’ambiance pour la deuxième partie de la voie, le fil de l’arrête très effilé jusque là devient plus large, et le cheminement demande un peu d’attention, afin de rester dans du rocher compact de bonne qualité. Après 20min d’escalade, nous arrivons sur une selle neigeuse marquant la fin de la partie rocheuse de l’arête. Nous terminons l’ascension piolet à la main, par une pente de neige raide d’une centaine de mètres.

 

11h, courte pause au sommet, et nous enchainons sur la traversée d’arête qui nous mènera au Nadelhorn. Le chemin est encore long et technique, mais Célia a la pêche et le moral est au beau fixe!

Nous commençons cette traversée d’arête par de la désescalade mi-neigeuse/mi-rocheuse et quelques courts rappels. Les nuages montent dans la vallée, ils ne tardent pas à venir buter sur cette muraille nord du Lenzspitze, mais sur notre fil nous restons au soleil.

 

Arrivées au point le plus bas de la traversée, nous attaquons la remontée sur le Nadelhorn, sur le fil d’une arrête rocheuse très agréable à grimper. Du bon rocher au soleil, des prises bien franches, escalade aérienne et facile!

 

 

15h, la croix sommitale du Nadelhorn est toute proche, encore quelques mètres d’escalade et nous y sommes! Le temps d’avaler un gâteau et de prendre une photo, et le brouillard qui nous avait laissé tranquilles jusque-là nous enveloppe. Instant magique, il nous offre la vision de nos ombres projetées sur les gouttelettes d’eau du nuage, entourées d’un halo lumineux : c’est le fameux spectre de Brocken, souvent observé en montagne.

La descente du Nadelhorn par son arête nord-est est facile. Quelques pas de désescalade et 10min de marche sur neige nous amènent au Windjoch, col depuis lequel nous basculons sur l’Hohbalmgletscher. Une rapide traversée nous ramène à notre point de départ, au Scharzhorn, où nous quittons corde, baudrier, crampons et casque. 15 min plus tard nous arrivons sur la terrasse de la Mischabelhutte, d’où nous pouvons observer notre belle arête du Lenzspitze!

 

 

Une deuxième nuit nous attend afin de faire durer ce voyage encore un peu, nous redescendrons dans la civilisation demain!

 

La traversée Lenzspitze-Nadelhorn
Le Lenzspitze (4294m) et le Nadelhorn (4327m) au début du siècle dernier!