Traversée de l’Oberland à ski

Traversée de l’Oberland à ski
les séracs donnant accès au Silbermulde

Ski-alpinisme, Haute route de l’ Oberland

En ce mois de mai perturbé trouver un créneau météo pour effectuer une haute route de l’Oberland relève de la gageure. Finalement après avoir patienté et reporté, nous trouvons une fenêtre de tir cette semaine. Comme il arrive, la loi de Murphy s’abat sur nous à la veille du départ… Cat, à la suite d’un incident domestique, se retrouve avec six point de suture dans le tibia… Cat m’assure que en décalant le départ d’un jour ça ira bien. Du coup nous partons le mardi, la météo tiendra t-elle jusqu’au samedi?

L’objectif est d’effectuer une haute route de l’Oberland en traversant le massif du nord au sud. Nous laissons donc la voiture au point d’arrivée à Fiesch, et de là, faisons le tour de l’Oberland en train pour rejoindre la Kleine scheidegg, notre point de départ au pied de l’Eiger. En une petite heure de peaux nous gagnons la gare d’Eigergletscher où nous bivouaquerons.  Pour pénétrer dans le massif de l’Oberland sans employer des moyens abusifs (train de la Jungfrau) les options sont ou longues et fastidieuses ou complexes et techniques. Comme vous pouvez vous en douter, nous avons opté pour l’accès le plus funky, la Guggi Route à la Jungfrau.

Jungfrau Guggi route, grandiose ski-alpinisme

La Guggi route fait partie des voies qui sans être extrêmement techniques, sont longues et complexes. L’itinéraire louvoie entre crevasses et séracs et comprend une portion d’arête rocheuse assez longue ou on aura les ski sur le dos. Enfin trouver des informations sur les conditions est difficile car l’itinéraire est rarement parcouru…

Après un réveil trop matinal comme bien souvent, nous partons vers trois heures du matin. Après un quart d’heure à peine nous remontons en peaux avec les couteaux des pentes pas trop raides mais déjà fort exposées au-dessus de falaises. Nous rejoignons ainsi le Guggigletscher que nous remontons en rive droite. Une fois passés à l’aplomb de la GuggiHutte, vers 2700m nous obliquons vers la première cascade de séracs que nous devons franchir.

Nous louvoyons dans du terrain raide entre les tours de glaces tantôt à ski tantôt à pied en fonction des exigences du terrain. la parties la plus exposée est passée. S’ensuit un plateau qui mène au deuxième ressaut que l’on contourne par une pente assez raide avec un court passage mixte. Après un autre plateau se présente le troisième franchissement de séracs, juste à côté du SilberHorn. Ici le terrain est plus facile, mais le franchissement d’un pont de neige impressionnant nous fait rallonger l’encordement.

Enfin nous atteignons la partie rocheuse, commune avec la Silbergrätli. J’espérais que l’enneigement nous permettrait de raccourcir la partie sur l’arête, mais la pente de neige escomptée est en glace et nous devons donc parcourir l’intégralité de la partie rocheuse. Cette portion n’est jamais bien difficile, mais avec la neige sur le rocher et les gros sac avec les skis on ne court pas non plus.

L’ambiance est grandiose, on se sent loin de tout, l’engagement est réel. L’arête est aérienne, une mer de nuage couvre la vallée nous nous sentons seul au monde…

La suite est plus facile mais la fatigue se fait sentir et c’est lentement que nous rejoignons le sommet de la Jungfrau vers 19h.  La descente par la voie normale et  le chemin menant à la Monchjochhutte se fait avec le soleil couchant, et c’est au crépuscule que nous arrivons, après 18h d’effort et près de 2900m de dénivelé cumulé…

Grosses et Hinteres Fiescherhorn, les classiques c’est plus facile!

Après la dur journée à la Jungfrau, nous zappons le Monch prévu initialement, et prenons la direction des FiescherHorn. Le soleil est de la partie, une bonne trace nous accompagne, aussi, malgré la fatigue de la veille nous tenons les horaire sans forcer. Arriver au Fieschersattel  une rapide arête rocheuse nous permet d’atteindre le Grossesfiescherhorn.

Au sommet le panorama sur le massif est magnifique. Nous sommes au centre des 4000m de l’Oberland, le glacier d’Aletsch est à nos pied. Mais déjà des nuages se manifestent au sud et nous filons vers l’Hinteresfiescherhorn avant que ceux-ci ne nous atteignent, car la descente par le Fieschergletscher est plutôt crevassée et il vaut mieux la faire avec de la visibilité. Au sommet du Fiescherhorn les souvenirs remontent, c’était le premier 4000m alpin de Cat. Que de chemin parcouru depuis…

Finalement les nuages nous laissent assez de répit pour rejoindre la Finsteraarhornhutte sans encombres. Le refuge est particulièrement confortable et nous exploitons pleinement ses couchettes pour la sieste…

A l’avant de la perturbation…

En ce quatrième jour de raid nous espérons rejoindre le Finsteraarhorn, point culminant de l’Oberland. La veille au soir la météo annonçait des conditions mitigées, mais la mâtinée devrait nous permettre de passer. Au réveil le temps est plutôt clair, quelque nuages ça et là seulement. Nous prenons le petit déjeuner tranquillement et partons.

Rapidement le ciel se charge, et le sommet se cache. Le lendemain la météo est annoncé mauvaise. La fatigue cumulée des jours précédents, et les nuages qui s’accumulent ont raison de notre motivation. Finalement nous obéissons à l’adage populaire qui dit  » Le meilleur moyen de se sortir de la merde, c’est de ne pas s’y mettre! ».

Du coup nous choisissons de passer le grünhornlücke pour basculer sur le glacier d’Aletsch et de là gagner FiescherAlpes. Sur le chemin, après être sortis du glacier, nous traversons un tunnel d’un kilomètre, le gletscherstube. Un passage atypique traversant la montagne de part en part. Nous skions encore un peu avant de finir à pied jusqu’à Fiesch, notre point de départ.

Au final, même si nous n’avons pas réalisé tous nos objectifs, cette haute route de l’Oberland reste un très beau raid. La journée à la Jungfrau est tout de même très exigeante. Il nous faudra revenir pour finir les 4000m que nous n’avons pu parcourir, mais la traversée nord sud du massif semble être la meilleur solution pour ne pas se farder les grands plats de ce massif colossal.

 

Haute route de l’Oberland infos pratiques: 

On peut laisser la voiture à Fiesch et de la fair le tour en train jusqu’à la kleine scheidegg. Itinéraire et horaire

Météo : tendance à 14 jours           météo Suisse Romande et Valais

Avalanche :       slf.ch 

Les refuges : MönchjochHutte

FinsteraarhornHutte

Visualiser la carte de l’Oberland

A propos de Guggi route à la Jungfrau

C’est un itinéraire d’alpinisme de niveaux AD+ globalement assez engagé. La première difficultée est de trouver l’itinéraire à travers les séracs, la partie inférieure est d’ailleur assez exposé. La traversée d’arête commune avec la Silbergrätli comprend des passages rocheux en 3 max mais mérite de prendre un peu de matériel pour se protéger. Pour les conditions il faut trouver un compromis entre un glacier bien bouché et un rocher pas trop plâtré. Pour évaluer les conditions une webcam de qualité se trouve au Lauberhorn.

A ski, la nuit à GuggiHutte ne nous a pas semblé pertinente, l’accès au glacier par les vires trop enneigé nous a semblé compliqué. En début d’été cela semblerait plus pertinent.

guggi route itinéraire
guggi route itinéraire